chaise


chaise

chaise [ ʃɛz ] n. f.
chaeze 1420; var. de chaire
I
1Siège à pieds, à dossier, sans bras, pour une seule personne. Chaise en bois, en métal. Chaise cannée, paillée. Chaise pliante. Barreau, dos de chaise. Chaise de cuisine, de salon, de jardin. Chaise à bascule. rocking-chair. Chaise basse. chauffeuse. S'asseoir, se balancer sur une chaise. Avancer, offrir une chaise à qqn. Prendre une chaise. Louer des chaises à la chaisière. Faire rempailler une chaise.
Loc. Se trouver, être assis entre deux chaises : être dans une situation incertaine, instable, périlleuse. Fam. Être, avoir le cul entre deux chaises. La politique de la chaise vide : attitude qui consiste à boycotter une réunion, une assemblée par désapprobation ou par refus d'être associé à la décision finale.
2(1470) Anciennt CHAISE PERCÉE : siège percé d'une ouverture ronde où peut s'encastrer un pot de chambre.
3(1710) CHAISE LONGUE : siège pliable à inclinaison réglable, permettant de s'allonger. ⇒ relax, transatlantique. Par ext. Repos allongé sur une chaise longue. Faire de la chaise longue.
Chaise d'enfant, chaise haute : siège surélevé muni de bras et souvent d'un abattant en forme de tablette.
Chaise roulante pour handicapé moteur.
4(1890) CHAISE ÉLECTRIQUE : siège électrifié pour l'électrocution des condamnés à mort, dans certains États des États-Unis; la peine capitale elle-même. Il risque la chaise électrique.
IIPar anal.
1(1656 ; chaiere v. 1380) Anciennt CHAISE À PORTEURS : véhicule composé d'un habitacle muni d'une chaise et d'une porte, dans lequel on se faisait porter par deux hommes au moyen de bâtons assujettis sur les côtés. brouette, vinaigrette ; filanzane, palanquin. « la chaise est un retranchement merveilleux contre les insultes de la boue » (Molière) . Une vie de bâton de chaise.
2(1668) Anciennt Voiture à deux ou quatre roues, tirée par un ou plusieurs chevaux. Chaise de poste.
3(XIVe) Techn. Base, charpente faite de pièces assemblées et supportant un appareil. Chaise d'une meule. Chaise d'un clocher, d'un moulin.
Mar. Chaise-support d'un arbre d'hélice. Nœud de chaise : nœud utilisé pour former une boucle fermée à l'extrémité d'un filin ( agui) .

chaise nom féminin (latin cathedra) Siège à dossier, sans bras. (La chaise n'apparaît en France qu'au XVIe s., sous le nom de chaise à dos ou chaise à vertugadin, tandis que le fauteuil est nommé à la même époque chaise à bras.) Bâtiment Chacun des petits portiques en bois établis à l'extérieur d'un bâtiment à construire et sur lesquels on tend des cordeaux qui matérialisent les axes ou les nus des murs à implanter. Chimie Une des conformations du cyclohexane. Marine Cordage ou planchette suspendue servant de siège à qui travaille le long d'une carène ou d'une mâture. ● chaise (expressions) nom féminin (latin cathedra) Chaise électrique, appareil sur lequel on place un condamné à mort pour l'électrocuter ; la peine de mort elle-même. : Être condamné à la chaise électrique. Chaise longue, siège pliable constitué d'une toile tendue entre deux cadres de bois ou de métal articulés, à inclinaison réglable, permettant de s'allonger (synonyme transat) ; tout type de fauteuil muni d'une avancée permettant d'étendre les jambes. Chaise percée, siège percé d'une ouverture ronde où l'on s'asseyait pour satisfaire un besoin naturel. (On disait aussi chaise d'affaires, chaise pertuisée, chayère de retrait, selle, chaise nécessaire.) Chaise à porteurs, siège fermé et couvert dans lequel on se faisait porter par deux hommes. Chaise de poste, voiture à cheval légère, permettant de voyager rapidement. Être assis entre deux chaises ou, dans la langue populaire, avoir le cul entre deux chaises, occuper une position instable, entre deux situations, deux partis. Politique de la chaise vide, attitude de désapprobation qui consiste à ne pas siéger à une réunion, à une assemblée. Nœud de chaise, type de nœud marin qui sert à pratiquer une boucle temporaire à l'extrémité d'un cordage ou à assembler deux cordages. Chaise haute, chaise d'enfant très haute, munie de bras et comportant une tablette rabattable.

chaise
n. f.
d1./d Siège sans bras, à dossier. Une chaise de jardin.
|| Chaise roulante: Syn. de fauteuil roulant.
|| Chaise longue ou (Afr. subsah.) chaise pliante, où l'on peut s'allonger, à dossier inclinable.
|| (Québec) Chaise berçante, chaise berceuse.
|| Loc. fig. être assis entre deux chaises: se trouver dans une situation instable, inconfortable.
d2./d Chaise électrique, sur laquelle on assoit les condamnés à mort pour les électrocuter (dans certains états des È.-U.).
d3./d Anc. Chaise à porteurs: véhicule à une place, porté par deux hommes.
d4./d MAR Noeud de chaise, formant une boucle qui ne peut se resserrer.

⇒CHAISE, subst. fém.
A.— Siège à dossier et généralement sans bras. Chaise de salle à manger; chaise pliante; chaise cannée :
1. Les cafés à l'entour avaient depuis longtemps couché sur leurs tables de marbre leurs chaises tendrement rabotées par des derrières peu soucieux de voyages.
QUENEAU, Pierrot mon ami, 1942, p. 199.
SYNT. Chaise de bureau, de camping, de cuisine, de jardin; chaise à bascule; chaise de bois, de métal; chaise paillée.
Avancer, offrir une chaise à qqn. L'inviter à s'asseoir. Prendre une chaise. S'asseoir.
Loc. fig. Être assis entre deux chaises. Se trouver dans une situation incertaine. Un monde entre deux chaises (COCTEAU, Maalesh, 1949, p. 79).
Rem. On trouve chez Zola l'expr. avoir (sa) chaise. Être un habitué. Le maître du logis menait un train princier, (...) avait loge à l'Opéra, chaise à l'Hôtel Drouot (ZOLA, L'Argent, 1891, p. 102).
B.— Emplois spéc. (syntagmes figés)
1. Chaise curule. Siège d'ivoire sans dossier où siégeaient les principaux magistrats de la République romaine. Au fig. Le carrefour fraternisait avec la chaise curule (HUGO, Quatre-vingt-treize, 1874, p. 182).
2. Chaise électrique. Aux États-Unis, siège utilisé pour l'électrocution des condamnés à mort :
2. Une chasse au tigre ne donnerait pas l'équivalent de cette tension de chaise électrique, de ces yeux dégainés comme des couteaux.
GRACQ, Un Beau ténébreux, 1945, p. 55.
3. Chaise d'enfant, chaise haute. Siège élevé muni de bras, et parfois d'un abattant, destiné aux jeunes enfants. L'enfant gâté de 30 ans monta sur la chaise haute (JACOB, Le Cornet à dés, 1923, p. 212).
4. Chaise de fer. Chaise brûlante sur laquelle était attaché un supplicié dépouillé de ses vêtements. Des entraves, un chevalet, un bûcher, une chaise de fer, mille instruments de supplice, et de nombreux bourreaux (CHATEAUBRIAND, Les Martyrs, t. 3, 1810, p. 161).
5. Chaise longue. Siège à dossier et parfois pliant sur lequel on peut allonger les jambes :
3. Madame mère faisait de la chaise longue de principe. Je veux dire qu'elle y était assise, ...
H. BAZIN, Vipère au poing, 1948, p. 93.
Rem. Chaise de pont ou de bord. Chaise longue installée sur le pont d'un navire.
6. Chaise percée. Siège percé d'une ouverture circulaire, et aménagé pour les besoins naturels. Une antique chaise percée, à qui un pied manque, attend, béante, le séant d'un fantôme (COLETTE, Claudine en ménage, 1902, p. 281).
7. Chaise (à porteurs). Cabine munie de brancards et portée à bras d'hommes, utilisée pour se déplacer individuellement. Il [Fabrice] ouvre avec rapidité la porte de la chaise pratiquée sur le devant, saute par-dessus l'un des bâtons (STENDHAL, La Chartreuse de Parme, 1839, p. 222).
Expr. fam. Mener une vie de bâton de chaise (cf. bâton).
8. Chaise (de poste). Véhicule hippomobile à deux ou quatre roues. Ils ont (...) traversé au galop de leurs chaises de poste d'interminables lieues de brouillard (J. VALLÈS, Les Réfractaires, 1865, p. 172).
Rem. On trouve chaise publique (AUDIBERTI, Le Mal court, 1947, I, p. 144).
9. Chaises en musique. Jeu qui consiste à disposer autant de chaises que de joueurs moins une, puis à tourner autour pendant que le meneur de jeu diffuse de la musique et à s'asseoir dès son interruption de sorte que le joueur qui ne trouve pas de chaise est éliminé. Farandoles, rondes, « chaises en musique », la danse devenait un jeu parmi d'autres et ne m'incommodait plus (S. DE BEAUVOIR, Mémoires d'une jeune fille rangée, 1958, p. 164).
C.— P. anal., emplois technol.
1. ARCHIT. Assemblage de quatre pièces de charpente soutenant certaines constructions (clocher, moulin à vent).
2. MAR. Sangle ou cordage servant de siège mobile aux gabiers ou aux calfats. Nœud de chaise.
Prononc. et Orth. :[]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. [1380 d'apr. FEW t. 2, p. 506b sans réf.]; 1420 chaeze (Inv. du chât. de Vincennes, p. 458 ds GAY); 1470 chaize percée (Cptes de Louis XI, f° 147, ibid.); 1710 chaise longue (SAINT-SIMON, Mém., t. 13, p. 81 cité ds HAVARD, p. 650); 1845 expr. proverbiale être entre deux chaises (BESCH.); 1831 mar. chaise « tresse ou cordage servant à maintenir un homme effectuant des travaux » (WILL.); 2. 1556 chaise portatifve (Argenterie de la reine, f° 23 ds GAY); 1656 chaeze « siège fermé et couvert dans lequel on se faisait porter » (LORET, Muze histor., cité ds LIVET Molière); 1668 chaise roulante (MOLIÈRE, Amphitryon, Prologue, ibid.); 3. 1680 technol. (RICH. : Chaise de moulin à vent. Pieces de bois au haut du pié du moulin sur quoi tourne le moulin). Issu de chaire par assibilation dial. du -r- intervocalique (spéc. dans le Centre et le sud-est du domaine d'oïl), perceptible à Paris au XVe s., v. les témoignages du XVIe s., notamment ceux de PALSGR. (p. 34), Érasme, Marot, Sylvius ds FOUCHÉ, p. 603 et LIVET Molière, s.v. chaise. Après avoir coexisté (encore au XVIIe s., v. LIVET, Molière) pour désigner les mêmes objets, chaise servit à désigner le siège d'usage courant (cf. VAUGELAS, Rem. sur la lang. fr., 1re éd. 1647, t. 2, p. 167 d'apr. LIVET, Molière, pp. 366-367), tandis que chaire était réservé aux sens spéciaux. Fréq. abs. littér. :5 824. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 3 697, b) 10 605; XXe s. : a) 12 906, b) 8 168. Bbg. BLOCH (O.). La Dialectol. gallo-romane. R. des Cours et Conf. 1935-36, t. 37, 1re s., pp. 417-420. — DAUZAT Ling. fr. 1946, p. 14. — GOTTSCH. Redens. 1930, p. 172, 205; pp. 234-235. — QUEM. Fichier. — ROG. 1965, p. 80.

chaise [ʃɛz] n. f.
ÉTYM. 1420, chaeze; forme dial. de chaire, qui s'impose vers la fin du XVIIe.
———
I Siège à dossier et sans bras, pour une personne. || Les chaises et les fauteuils d'un salon. || Chaise de bois, de velours, de tapisserie. || Chaise de paille, paillée ( Empailler, pailler, rempailler). || Chaise cannée ( Canner, joncer). || Chaise rembourrée. || Chaise métallique. || Chaise pliante. || Barreau de chaise, chevillon, dos de chaise.Chaise de cuisine, de salon, de jardin. || Chaise basse ( Chauffeuse). || S'asseoir, se balancer sur une chaise. || Avancer, prendre une chaise. || Louer des chaises ( Chaisière).
1 (…) il (…) prit une chaise, la retourna, et se campa dessus à califourchon.
Martin du Gard, les Thibault, t. VII, p. 168.
Image d'une chaise (titre d'un célèbre tableau de Van Gogh, représentant une chaise paillée très simple).
1.1 La volonté initiale de l'artiste moderne c'est de tout soumettre à son style et d'abord l'objet le plus brut, le plus nu. Son symbole, c'est la Chaise de Van Gogh.
Malraux, les Voix du silence, in Romans, Pl., p. 117.
(1710). || Chaise longue : siège long et profond, muni d'un appui pour les jambes, fixe ou pliant, de toile ( Transatlantique) ou rembourré.Par ext. Repos allongé sur une chaise longue. || Faire deux heures de chaise longue.Chaise d'enfant, chaise haute : siège surélevé muni de bras et souvent d'un abattant en forme de tablette.
(1470). Anciennt. || Chaise percée : siège percé d'une ouverture et muni d'un récipient, pour satisfaire les besoins naturels.Mod., fam. et plais. Siège des cabinets d'aisances. Trône.
1.2 Mais elle n'avait pas de vase de nuit. J'ai une sorte de chaise percée, dit-elle. Je voyais la grand-mère assise dessus, raide comme un piquet et fière (…) c'était une pièce d'époque, elle l'étrennait (…)
S. Beckett, Premier amour, p. 44.
Relig. || Chaise de chœur. Stalle.Hist. || Chaise curule : chaise d'ivoire sur laquelle siégeaient les principaux magistrats romains.
1.3 Le nouveau dieu n'a sauvé personne; les dieux anciens ne l'auraient pas fait non plus. Ni la déesse Rome, affaissée sur sa chaise curule.
M. Yourcenar, Archives du Nord, p. 33.
Dr. || Chaise de fer (vx) : siège brûlant sur lequel était assis un supplicié.(1890). Mod. (calque de l'angl. electric chair). || Chaise électrique : siège électrifié pour l'électrocution des condamnés à mort, aux États-Unis.Peine capitale infligée au moyen de ce dispositif. || Il risque la chaise électrique ou la chambre (cit. 13.2) à gaz.
1.4 (…) au milieu je vis un bon vieux fauteuil de grand-père, en bois : la chaise électrique. Je m'attendais à quelque chose de très martien, tout nickelé, avec des câbles à haute tension et l'on me voiturait cette commodité de la conversation avec Dieu. De larges courroies de cuir noir attendaient des jambes, un buste et une tête…
Paul Morand, New-York, p. 95.
Absolt. || La chaise :
1.5 Avait-il envie de tuer Stève ? D'abord, cela ne lui servirait à rien, sinon, selon son expression de tout à l'heure, à l'envoyer un jour ou l'autre à la chaise.
G. Simenon, Feux rouges, p. 70 (1953).
Fig., fam. Se trouver, être assis entre deux chaises, dans une situation incertaine, instable, périlleuse.
1.6 N'importe; je m'ingéniais; je faisais de la statistique, je supputais le juste milieu — sans comprendre que les extrêmes se touchent, que qui se couche très tard rencontre qui se lève très tôt, et que qui choisit pour siéger le juste milieu, risque de s'asseoir entre deux chaises.
Gide, le Prométhée mal enchaîné, in Romans, Pl., p. 308.
2 Si je l'avais senti plus tôt, je n'aurais pas souhaité d'occuper cette position qui va probablement devenir très difficile, cette position qui consiste à se tenir sur deux chaises, au risque de n'être assis ni sur l'une, ni sur l'autre et de choir entre les deux.
G. Duhamel, Chronique des Pasquier, VI, Les Maîtres, X.
———
II Par anal.
1 (1656). Anciennt. || Chaise, ou (plus cour.), chaise à porteurs : véhicule composé d'un habitacle muni d'une chaise et d'une porte, dans lequel on se faisait porter par deux hommes au moyen de bâtons assujettis sur les côtés. Brouette, filanzane, palanquin, vinaigrette.
3 (…) la chaise est un retranchement merveilleux contre les insultes de la boue et du mauvais temps.
Molière, les Précieuses ridicules, 9.
Loc. fig. Mener une vie de bâton de chaise. Bâton.
Par ext. Anciennt. Voiture à deux ou quatre roues, tirée par un ou plusieurs chevaux.Syn. : chaise roulante. || Chaise de poste (→ Arriver, cit. 16).
4 (…) des chaises de poste faites en perfection.
Mme de Sévigné, Lettre à Moulceau, 2 mars 1689.
5 Le voyage s'effectue rapidement. La chaise de poste brûle les étapes. On couche à Délémont.
B. Cendrars, l'Or, in Œ. compl., t. II, p. 39.
2 (XIVe). Techn. Base, charpente faite de pièces assemblées et supportant un appareil. || Chaise servant à exhausser une chèvre, une grue. || Chaise d'une meule de rémouleur. || Arbres de transmission tournant dans les coussinets d'une chaise.
(Archit.). Charpente soutenant certaines construtions. || Chaise d'un clocher, d'un moulin.Mar. || Chaise-support d'un arbre d'hélice.
Mar. || Chaise de gabier, de mâture, chaise de calfat : sangle formant siège où s'assied un matelot travaillant dans la mâture.Nœud de chaise : nœud utilisé pour former une boucle fermée à l'extrémité d'un filin. || Le nœud de chaise ne glisse jamais et ne se souque pas. || Nœud de chaise double. || Le nœud de chaise sert à s'amarrer, à passer une boucle sur une bitte, etc. || Le nœud de chaise est utilisé par les alpinistes sous son ancienne dénomination de nœud de bouline.

Encyclopédie Universelle. 2012.